• Un grain de folie, deux jours magiques

     

    Clins d'oeil

    Tout d'abord je suis désolé Hubert d'avoir tardé à poster ce message, mais je suis encore dans l'état dans lequel nous étions en découvrant la ville de San Sebastian. Pour les lecteurs l’arrivée dans une ville est un sentiment étrange de rejet et d'attirance. Vous pénétrez dans la ville tout en sentant qu'elle n'a plus de prise sur vous. Tout ce que nous vivons chacun quotidiennement et qui nous paraît si important semble d’un seul coup si désuet. L’importance des choses a changé. Mais racontons un peu cette histoire.

               

    Lorsque je suis passé sur le site d’Hubert c’est en lisant ses articles que l’idée folle de le rejoindre pour cheminer avec lui a germés dans ma tête. Me libérer de cette vie geôlière et parisienne pour retrouver un ami que je n’avais pas vu depuis presque 7 ans.  J’aime tant saisir ces instants de folies et de liberté de la vie, ces instants d’amitié. M’échapper, marcher : l’idée est trop belle pour la laisser passer. En un We, et après avoir lu le commentaire de Hubert sur son site je me décide à tout organiser. Quelques appels et un tour sur le site que notre société de transport ferré. Le tour est joué.

     

    Le début de semaine est long, ma tête est déjà sur le chemin. Le passage des Pyrénées, accompagner Hubert dans un tournant de son chemin. Voilà ce qu’est l’amitié….

     

    Une nuit dans le train plus tard je me retrouve à la gare d’Hendaye. Il  ne me faut pas attendre beaucoup de temps pour voir arriver Hubert, sourire aux lèvres, dégaine de pèlerin. Un peu comme je l’avais laissé lors de notre première rencontre sur el camino entre le Puy-en-velay -> Conques. J’ai faim ! Nous décidons de nous arrêter de l’autre côté de la frontière pour prendre un café. C’est tout ce que je prendrais… Quelques courses pour le pique-nique, Hubert me parle des trois chemins que nous pouvons emprunter. Un facile passant à flanc de montagne, l’autre difficile passant par les sommets et un dernier déconseillé passant par la mer. Dès le début l’idée de m’élever me plaît, mon corps pourra-t-il surmonter cette épreuve ?
    Aller, c’est parti direction Notre dame de Guadalupe on se décidera là haut. Quelques heures de cheminement pour se mettre en jambe et première rencontre. Un couple de Hollandais qui venait de monter par une tranchée raide et boueuse, blessure faite par des machines de travaux public dans la forêt. Nous, nous étions passé par le petit chemin qui serpentait sur le côté. C’est l’occasion pour Hubert de discuter avec eux, j’observe l’essence même de son chemin : la rencontre.

    Après la pause de Notre Dame de Guadalupe, nous repartons : il va bien falloir choisir le chemin mais nous laissons notre instinct nous guider. Peut-être laissons nous Dieu choisir pour nous, qu’en penses-tu Hubert ? C’est le chemin des cimes qui nous appelle malgré le dénivelé qui se présente face à nous. A la fois un défi, une envie, une nécessité peut-être nous n’hésitons pas longtemps. Avant même d’avoir pris la décision nous montions déjà. Une montée très courte et difficile et nous nous retrouvons face à un paysage superbe. Devant nous le col, à droite la mer, à gauche la montagne et derrière nous la ville la mer et la montagne.   

       

      

     

    Clins d'oeil

     

    Combien de temps avons nous marché, parlant de tout, de nos vies, de nos expériences et admirant le paysage, je ne saurais vous le dire. Mon portable est arrêté et je ne regarde pas ma montre ; vacances de technologie. Le paysage était magnifique et à part des  randonneurs et des coureurs à pied nous avons croisé des chevaux, des vaches et d’anciennes tours de sémaphore.

      

      

      

      

      

    Première nuit, dans un accueil de pèlerin : quelques lits, des sourires, une douche. Après quelques mots en espagnol nous retrouvons nos randonneurs Hollandais. La soirée risque d’être sympathique.

             

    Itxasondo c’est le nom du restaurant ou nous avons dîner : trois français (nous et un lorrain), nos pèlerins Hollandais et deux Allemandes. Une soirée mémorable, merci à tous pour ce moment. C’est sans compter aussi le patron du restaurant parlant très bien le français qui, pour 10 euros, nous a concocté un repas de chef !

      

    Clins d'oeil

      

      

    AprèClins d'oeils une bonne nuit, un petit déjeuner à Itxasondo, c’est reparti nous marchons avec René. Puis une petite pause café dans un endroit magique, une communauté. Cela respire le calme, la sérénité la tranquillité. Quelques yourtes pour accueillir le pèlerin une boulangerie des produits Bio : Tout cela en donativo. C’est l’âme du chemin. Puis c’est reparti. Nous quittons nos amis pèlerin à San Sebastian ou je dois reprendre mon train le lendemain.

      

      

      

      

      

      

      

      

      

    Levé 5 heures du matin avec une nuit difficile et bruyante. Ne pas faire de bruit, ne pas réveiller les autres pèlerins et partir sur la pointe des pieds. Nous nous quittons à quelques mètres de l’auberge : le chemin est là et moi je vais vers la gare. Hubert souhaite rattraper le groupe, et l’idée de marcher tôt le matin l’a immédiatement séduit. Sur mon retour je croise le spectacle à la fois sympathique et désolant des sorties de boîte : Bon retour à la civilisation Seb…

     

     

    Désolé d’avoir été si long, mais j’ai revécu ces deux jours géniaux en écrivant ce texte, merci Hubert, Ultreia .

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Juin 2011 à 00:07

    Et nous, nous vous suivons avec émotion. Quand l'amitié est au rendez-vous...

    Ultréïa !

    2
    Vincent et Sonia
    Dimanche 12 Juin 2011 à 20:00

    Quel joli article! On a le sentiment de cheminer avec vous, de partager votre périple et vos rencontres au cours de cette étape à deux.  Bisous Sonia et Vincent

     

     

    3
    Lundi 13 Juin 2011 à 09:33

    Pèlerins alpinistes

    Bonjour Hubert, heureux de savoir qu'après Guadalupe tu as choisi de passer par le chemin de la montagne, le chemin alpiniste. Tu vois, cela valait vraiment la peine : http://www.aillet.com/photos/index.php?/tags/227-hondarribia_espagne

    Bien à toi, au plaisir de te lire.

    JFA

     

    4
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Mardi 14 Juin 2011 à 17:00

    Merci Seb pour ton article qui raconte merveilleusement bien ces 48h passees ensemble. Ce fut beaucoup de joies partagees. a la fois les joies de retrouvailles entre amis et les joies qu'offrent le chemin.

    J'etais le lendemain matin, a 8h30 a Orio, le temps de descendre le village, et de monter la pente de l'autre cote du pont, je retrouvais a 9h10 Bob et Joanna (le couple hollandais) avec qui je finirai l'etape dans un paysage magnifique. C'est egalement ce jour la que j'ai fait la rencontre de Jordi et de Benjamin...

     

    Il y a 4 jours j'ai retrouve au detour du chemin, les deux allemandes de Pasajes (Christine et Mariane) avec qui j'ai marche deux jours. elles m'ont demade de tes nouvelles...

    Au plaisir de te revoir bientôt. Merci d'avoir ose. D'avoir dit oui a l'aventure, pour deux jours.

    Bazou

    hub

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :