• Se rendre maître de son destin...

    Chers amis,

     

    Il y a de cela quatre jours. La vie m'a offert la chance de rencontrer Eric-Emmanuel Schmitt. Dans un petit théâtre de la fin du XVIII eme, de style « Louis Philippe », il était présent pour nous parler sur le thème: "Se rendre maître de son destin". Thème en lien avec son dernier ouvrage qui s'intitule La femme au miroir. Auteur positiviste, toujours souriant et d'une grande générosité. Il nous a partagé sa vision de l'Homme, de la Vie, de la mort et de l'âme.

    Je ne sais pas s'il connait le chemin de Saint Jacques. Mais sa vision de la vie est très proche de ce que l'on peut découvrir sur le camino:
    humanité, force des rencontres, simplicité, mysticisme naturel, spiritualité...

     

    Se rendre maître de son destin...
    Le petit prince et le renard, vus par Gally.

     

    J'ai eu la chance de pouvoir parler 5 minutes avec lui, entre-autre du Petit Prince qui est un livre qui nous affectionne l'un et l'autre. Ainsi il m'a donné envie d'oser essayer.

    Après mon périple sur les chemins jacquaires, plusieurs personnes m'ont conseillé d'écrire un livre sur ce que j'avais vécu. Je ne veux pas, car de nombreux pèlerins écrivent à leur retour de Saint Jacques. Je considère qu'il y a assez de livres sur le chemin.
    Par contre cela fait quelques temps que j'ai une idée de livre. Un livre qui essayerait d'offrir un regard sur le monde et la vie, en toute simplicité où le but serait que tous puissent y trouver un petit quelque chose...

    Travail d'écriture très compliqué, surtout que je n'ai jamais fait ce genre de chose. Mais tant que l'on essaie pas, on ne peut pas savoir si nous en sommes capables.

    Peut être que cela prendra 6 mois, un an, trois ans...
    Peut être que cela sera totalement raté...

    Mais peut être que le résultat sera positif. Alors j'aurai bien fait d'oser essayer.

     

    Voilà je voulais vous informer de mon projet actuel.
    Tel un pèlerin, nous continuons d'avancer sur notre chemin de vie.  Les rencontres éclairent notre route pour nous offrir toute la beauté de la vie.

     

    A bientôt

    Hub

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Février 2012 à 18:55

    Eh bien... moi je dis oui.             Oui à "OSER".

    Tu verras bien si c'est une souffrance ou si c'est une joie. Ou peut-être un peu les deux.

    Et dans ce que tu diras il y aura beaucoup du camino.  Par transparence.

    Amitiés,

    Jean François

     

     

    2
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Jeudi 9 Février 2012 à 23:09

    Merci Jean François pour tes mots.

     

    "Oui à oser" oui à oser se lancer dans une aventure livresque... Je n'oserais pas te renvoyer la balle

     

    Amitié. Hub.

    3
    Vendredi 10 Février 2012 à 03:37

    Bonjour Hubert,

    Quoi que puisse être ta décision...

    "Ecrire ou décider de ne pas écrire",
    "Parler ou décider de garder le silence",
    "Marcher ou décider de ne pas aller marcher".

    Il est dit : "Lève-toi et marche !"

    Aussi, pour beaucoup de personne, au retour de telles marches, au retour d'une telle marche, à l'instar de celle que tu viens de faire et dont tu viens de munir ta vie, la question se pose de comment en parler, comment parler de cela et du retour aux autres, après... ?

    C'est une vraie question.

    L'écriture est un outil et n'est qu'un des outils disponibles. Elle n'est rien d'autre. Elle est, certes, salvatrice, mais ne reste qu'un outil générique parmis d'autres formes d'expression. La question se pose donc de savoir quels outils sont aujourd'hui nécessaires, en la circonstance du monde qui est le nôtre, dans un monde dans lequel les gens ne lisent plus, n'écrivent plus, ne se parlent plus vraiment, etc., pour savoir quel médium devoir utiliser pour alors transmettre ouvertement telle expérience.

    L'expérience accumulée par le cerveau, lors de ce genre de marche, explose au retour, forcément, nécessairement. Comment le cerveau ferait-il autrement face à une telle profusion, une telle concentration d'hyperdoses de cette grande plongée en immersion dans le quotidien du naturel de la Nature.

    Tu es le seul à pouvoir trouver quel médium te conviendra vraiment.
    C'est aussi cela l'apprentissage de ce chemin des étoiles, au retour !

    Pour quelques rares personnes, c'est la harpe.
    Pour d'autres, c'est la contemplation infinie, perpétuelle et éternelle.

    Une seule certitude :
    Tu dois revenir à tes fondamentaux.
    Tu dois apprendre à retrouver en toi cet essentiel de ce qui t'a mis en marche
    et qui t'a fondamentalement décidé et poussé à aller marcher.
    Il n'y a que lui qui saura te dire cette musique que tu dois savoir réapprendre à écouter en toi.
    Le reste n'est que conjecture et exercice de style, rien d'autre.

    Tu découvres simplement maintenant que tu es devenu différent des autres,
    différent parce que tu as décidé, une fois dans ta vie, d'aller marcher...

    Cette marche est allée opérer en toi un lent travail qui ne fait que commencer.

    Je te conseille et je te recommande l'écoute de la harpe.
    Cet instrument t'aidera...

    Bien à toi, au plaisir de te lire.
    JFA

    www.aillet.com

    4
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Mardi 14 Février 2012 à 12:31

    Merci Jean François A,

     

    ça m'a fait plaisir d'avoir de tes nouvelles après tous ces beaux instants de partage durant mon périple.

     

    Les fondamentaux... l'essentiel... ce qui donne sens à ce que l'on fait, à ce que l'on vit, à notre vie... Ceux-ci peuvent changer, évoluer, grandir au fur et à mesure de notre chemin. Il n'est pas facile de se pencher dessus. De prendre le temps de les découvrir puis de les mettre en avant. La société ne nous l'apprend pas. Pourtant notre épanouissement et l'ouverture de notre être en découlent.

     

    J'ai pu voir que ton projet "Le Solitaire... des marées" continue son chemin. Combien de sables différents as-tu rassemblés pour le moment? Quelle belle aventure pleine de sens!


    Encore merci de ton passage.

    Amitié jacquaire


    Hub

    5
    Jeudi 16 Février 2012 à 18:49

    Bonjour Hubert,

    Synthèse : 0618 sont arrivés à ce jour.
    Soit 0618 portraits et 0618 prélèvements.


    Ces dernières semaines, ils sont arrivés d'Australie, de Thaïlande, de Floride, du Maroc, de Guadeloupe, de Guyane, de l'île de la Réunion, de l'Atoll de Fangatau, Archipel des Tuamotu. Je viens de prendre connaissance de ce nouveau prélèvement que je viens d'enregistrer en N° 0615. Je pense arriver aux environs de 700 portraits/prélèvements aux alentours de l'été 2012. Je travaille pour arriver le plus vite possible à 1000 portraits/prélèvements de sables pour pouvoir aller présenter cela ensuite, de façon itinérante, sur les axes des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Europe en exposition de la fresque qui va rassembler 1000 portraits (une ligne de 225 m de long, modulable, etc.).

     Récapitulatif rapide de la situation :
    Les sables et les portraits arrivent du monde entier.
     

    Le prélèvement le plus isolé de la planète, N°0027 est arrivé de l'île de Pâques. Le prélèvement le plus nord de la planète, N°0577 est arrivé du Groenland, effectué par ce Glaciologue du CNRS  du Jacques Monod Institute, en mission de terrain. Le N°0500 est arrivé de Tahiti, en tombant du ciel des mains d'un Astronaute. Le N°0600 ( je ne l'invente pas), est arrivé d'Australie, en talons aiguilles, en provenance des mains de cette Designer qui a habillé : "Her fashion pieces have featured in more than 40 magazines internationally and features have been written about her in Harpers Bazaar and Australian Vogue. Kirstin Dunst and Nichole Kidman have been styled wearing Lisa Carney Design creations and even Madonna is known to have bought some!".

     OUI. J'arrive à faire cela !!!
    Je ne sais pas vraiment comment,
    mais j'arrive à faire cela...

    Je vais te confier un petit secret (qui n'en est pas vraiment un)
    mais qui te permettra, peut-être, de continuer à aller trouver en toi
    cette énergie si importante à la vie.

    Les Faits :

    Voici, Hubert, ce que je prépare pour la suite de ces sables que je fais ainsi venir... Je suis à la recherche d'une "église"... :  une église, un cloître, un monastère ? ... ou des vieilles pierres tombées en désuétude qui ne sont plus utilisées dans un cœur de village.

    Il y a plus de 40.000 villages en France. Chaque village possède une église située la plupart du temps sur la place du village. Les gens fréquentent de moins en moins les églises au point que beaucoup d'églises sont définitivement fermées et désaffectées. Il y a ainsi plus de 1000 églises disponibles en France qui sont en très grande difficulté et pour lesquelles les Mairies ne savent plus quoi faire ni comment les prendre en charge.

    Je vais ainsi, le plus sérieusement du monde, chercher à m'en faire mettre l'une d'elle à disposition sur l'axe des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, au cœur d'un petit village de moyenne montagne, pour m'y installer comme Hospitalier des amis de Saint-Jacques-de-Compostelle, de la façon suivante :


    1. Travail de Mémoire / Présentation d'une œuvre patrimoniale :

    Présentation permanente de l’œuvre artistique des 220 tranches du fusil de guerre Mauser Kar 98 K découpé sous jet d'eau haute pression avec l'Anvar, le RDT et le CTN :

    1. Présentation permanente au public des 220 tranches sur 220 stèles.
    2. Présentation permanente du triptyque des 3 film sur grands écrans : 1 Film de 17 minutes de la découpe présenté pour la première fois à La Haye en 2005. 1 Film de 52 minutes extrait des 25 heures de la découpe à l'eau industrielle effectuée en 2006. 1 Film des 220 tranches assemblées en accéléré.
    3. Présentation permanente de l'écoute du Requiem de 110 minutes composé pour cette œuvre en hommage aux victimes de tous les conflits (pour cela, le volume sonore d'une église est idéal).


    2. Itinéraire Culturel Européen des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle :

    1. Présentation permanente, éventuellement) de ma Credencial 2008 Mont-Saint-Michel / Saint-Jacques-de-Compostelle par la côte + mes 5 Carnets Moleskine.
    2. Présentation permanente des 10.000 photos prisent pendant la marche. Photos assemblées sous 10 clefs USB de 2 Gigaoctets assemblées à 10 cadres photos numériques moyen format à raison d'un défilement d'image toutes les 5 secondes.
    3. Présentation illustrée des 166 étapes.


    3. Work in Progress : Prélèvement International de matière première pour "Le Solitaire... des marées" :

    1. Présentation et exposition permanente des sables et portraits, plus de 600 premiers sables et portraits arrivés (pédagogie avec les écoles, etc.).
    2. Présentation permanente de la fresque des 600 premiers portraits sur deux rangées linéaires de 60 m de long, dans l'esprit de ce qui est déjà présenté dans l'étable en Normandie. L'étable a permis de tester les réactions des gens. Ça marche, tout le monde trouve cela superbe.
    3. Gestion, Administration et organisation du projet, au quotidien, sur la durée, avec des villageois, à partir de cette église en moyenne montagne, ne pouvant plus respirer en Normandie (santé), je dois envisager de changer de lieu et de vie. Donc, besoin de m'élever en altitude pour chercher à mieux respirer.
    4. Mise en place d'une dynamique pédagogique en partenariat avec les écoles pour organiser des visites guidées des sables, etc.


    4. Comment changer de vie ?
    Comment vivre en moyenne montagne lorsque l'on est artiste ? Installation et Mise en place d'une auberge pour pèlerins sur présentation de la Credencial :

    1. Installation de deux rangées de 15litssuperposés(30 couchages pour accueillir les pèlerins et héberger les groupes de marcheurs).
    2. Création d'un tampon spécifique spécial Saint-Jacques-de-Compostelle.
    3. Adhérer à la Fédération Européenne des Hospitaliers de amis de Saint-Jacques-de-Compostelle pour m'y faire officiellement enregistrer comme hospitalier et lancer des grappins auprès de toutes les auberges européennes de amis de Saint-Jacques-de-Compostelle.


    Mes 50 premières années ont été pour l'essentiel maritimes. Je considère qu'il me reste encore 20 bonnes années à essayer de bien remplir. Dans la vie, il y a ceux qui subissent et ceux qui décident d'entreprendre leur vie pour faire en sorte qu'elle devienne ce que l'on veut qu'elle soit. J'ai besoin d'une qualité de vie en milieu rural, au calme, sans courir, sans stress, sans précipitation, dans un environnement de vieux arbres quadricentenaires, vallonnée, verdoyante, boisée, de vielles pierres autour de moi, d'espace, de vieilles cheminées dans lesquelles je veux pouvoir faire crépiter des belles flambées et faire venir autour de moi plein de gens comme j'ai su le faire jusqu'à présent avec les sables et je crois que j'ai montré, par de bons exemples de toutes ces personnes qui ont su répondre à mon appel et à ma demande de collecter et de prélever quelque chose d'aussi simple.

    Bref, après avoir parcouru l'Europe dans tous les sens avec mon bâton, le temps est venu de chercher un coin où essayer d'aller me poser et me retrouver un lieu car pour l'instant je commence à me sentir à l'étroit dans mon étable !

    Alors, je vais continuer à faire ce que je sais le mieux faire
    , aller vers et au devant des gens mais cette fois en les accueillant directement chez moi. Les vieux villages de montagne ne savent plus quoi faire avec leurs églises, partout il y a pleins des vieilles maisons de plus de 250 m carrés à louer pour moins de 200 € / mois.

    Il ne me reste plus qu'à trouver cette triangulation ( Maison / Église / Cheminée ) sur les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en moyenne montagne. D'ouvrir cette série d'expositions permanentes tous les jours de l'année pour 2 ou 3 € / la visite par personne pour payer les charges d'électricité, d'eau, de location + internet. D'ouvrir cette Auberge pour pèlerins sur présentation de la crédencial à raison de 10 € la nuité pour assurer la gestion de la structure en toute autonomie.

    Car, Il ne suffit pas d'avoir un café, une boulangerie et un restaurant dans un village pour préserver la vie du village, il faut qu'il y ait en plus une vraie raison de donner envie aux gens de s'y déplacer et d'y venir. Je sais que je possède maintenant quelque chose que personne n'a et qui va faire réfléchir plus d'un maire de village dans le sud-ouest de la France qui ne savent plus comment faire pour garder la vie dans leurs villages.

    Alors, tu vois, Hubert,
    ce qui importe le plus,
    c'est de savoir quoi choisir et décider,
    au retour de cette belle expérience
    de Saint-Jacques-de-Compostelle.


    Faire des choix, c'est toujour dire non à autre chose.

    Mettre en place des projets, trouver des énergies, associer les bonnes personnes, au bon moment, avec les bons moyens, cela demande et demandera toujours des temps de réflexion et de prise de décision.


    Parfois, dans la vie, qui ne demande rien n'a rien. Qui demande l'impossible finit parfois par obtenir des choses qui semlent impossible alors que... Chercher à se faire mettre à disposition une église, dans un coeur de village, pour continuer à mener et à gérer un projet, une démarche, est à mes yeux une étape comme une autre sur ce Chemin.

    Je t'en reparlerai quand j'aurai fait avancer ce projet. Pour l'instant, je me démène pour chercher comment mobiliser des personnes pour m'aider à faire livrer sur l'Atoll de Fangatau, du matériel de première nécessité pour les gens qui viennent de prendre ce temps de me faire parvenir leur sable alors qu'ils n'ont presque rien et qu'ils vivent totalement éloignés de tout au coeur du Pacifique dans ce que l'on nomme les "îles lontaines".

    Buen Camino Hubert.

    Amitié

    JFA

    www.aillet.com


    6
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Lundi 20 Février 2012 à 14:42

    Merci beaucoup Jean François A pour toutes ces belles nouvelles, tous ces beaux projets et tous ces mots positifs.

     

    Oui faire des choix c'est toujours dire non à quelque chose. Faire des choix c'est aussi être libre. Beaucoup de gens ne font pas de choix pour rester "libre". Mais quand on fait des choix (et je pense que tu seras d'accord) on se sent libéré, on se sent libre. Pour faire des choix il faut oser.. Ce n'est pas toujours facile. Tu disais toi-même que pour toi l'étape la plus difficile sur ton chemin. Ca n'avait pas été sous la pluie, ou quand tu marchais à -2°C, mais ça avait été celle de prendre la décision de partir.
    Pour ma part, sur le chemin, je ne me suis pas posé de questions, j'ai eu l'idée de partir et ensuite c'était une évidence. Je n'ai pas eu de mal à prendre mon sac. Ce furent les premiers jours de marche qui furent plus difficiles.

     

    Par contre, aujourd'hui. Maintenant que je suis rentré. J'ai plus de mal à prendre mon sac. Il n'est pas toujours facile de savoir quoi choisir. Le choix du chemin vient apres, et peut changer et evoluer au fur et à mesure de la pelegrination. Mais la destination, elle, il faut la choisir avant de partir. Car comme le dit Seneque: "Il n'y a de vent favorable que pour celui qui connait son port".

     

    Il est bon de voir que des gens comme toi osent rêver et placer ces rêves dans leur vie. Car (comme le dit si bien Jacques Salomé) "le possible est un tout petit pas après l'impossible".

    Tes projets sont beaux, je doute fort que la vie ne te permette pas de les réaliser. La vie est généreuse avec ceux qui lui sourient.

     

    A bientôt j'espère, des nouvelles de l'avancée de tes projets. Merci de nous les partager.

     

    Amitié

    Hub

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :