• L'appel du chemin...Les marcheurs au long-court de Compostelle ont souvent du mal à vous expliquer d'où leur vient cette idée de partir un jour pour faire plus qu'une simple randonnée, plus qu'un périple à pied, plus qu'un itinéraire européen... Ils ne savent pas pourquoi cela devient une obstination qui se glisse en leur tête, en leur corps, en leur esprit. Idée fixe qu'ils n'arrivent à chasser de leurs pensées au point de commencer à lire des livres sur le sujet, fureter des informations sur internet, tracer des itinéraires dans leur imagination et surtout, au point d'en assommer leurs proches d'histoires du chemin. Tel un aimant, Compostelle les attire de plus en plus à lui, jusqu'à ce qu'ils craquent, prennent leur sac, leurs chaussures, leurs bâtons et qu'ils partent fouler ce chemin qu'ils appelleront  rapidement: Le Chemin. Personnifiant cet itinéraire pèlerin, une relation toute particulière va s'instaurer entre eux et le chemin. Intimité de corps, de sens, de pensée, de spiritualité... Ces pèlerins vous diront alors qu'ils ont reçu un appel du chemin.

    De mon côté, il y a une semaine, c'est un tout autre appel que j'ai reçu, un appel (...)

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • J'ai essayé...

    En rentrant de mon périple jacquaire de plusieurs mois à marcher sur les chemins de France et d’Espagne, je me suis dit que le défi allait être d’essayer de projeter un peu de la philosophie du chemin dans le quotidien. Cela s’avère plus compliqué que je ne le pensais… L’objet de l’article du jour n’est pas l’esprit du chemin dans le quotidien, mais l’esprit du chemin au volant d’une voiture…

    C’est ce que j’ai voulu essayer tant bien que mal durant un périple de plusieurs semaines.

     

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Faire le chemin autrement...Lors de mon dernier séjour à Taizé, parmi tous les jeunes présents, j'ai rencontré une jeune fille de 23 ans qui venait de Corée du Sud. Elle était en Europe pour la première fois, passait quelques jours à Taizé avant de se rendre à St-Jean-Pied-de-Port d'où elle comptait commencer un pèlerinage de 35 jours vers Santiago de Compostella. Un jour, elle confia à l'ami avec qui j'étais venu, que son train repassait à Paris où un changement de gare était prévu. Hors, elle était inquiète à l'idée de prendre le métro parisien toute seule.

    Nous lui avons proposé de la ramener chez nous, où elle a pu vivre l'expérience d'un dîner dans une famille française. Avant de l'accompagner à Paris, je lui ai demandé si elle souhaitait s'aider d'un bâton pour la marche. Elle pensait s'en acheter un sur place, stick de randonnée sans âme ni odeur... Après lui avoir demandé si elle ne préfèrerai pas tenir en sa main du bois, plutôt qu'une mousse synthétique, sentir un matériau qui fut vivant dans le prolongement de son bras, je lui ai offert le bâton qui m'a accompagné en 2013. Ce bâton qui a traversé la Bourgogne et rejoint l'Italie en passant les Alpes. Ce bâton qui fut un guide dans les chemins gorgés par les crues des fortes pluies du printemps 2013. Cet appui qui m'aidait à tenir debout sur les neiges gelées du Pas de la Coche. Cette branche de noisetier rouge, si légère, qui est sûrement arrivée à Compostelle il y a peu de temps et qui repose maintenant en Galice... Ne pouvant l'emporter dans l'avion avec elle, j'imagine mon bâton sur les plages de Fisterra, ou déposé dans une église, dans l'entrée d'une auberge de pèlerin, à Compostelle, dans les bois contre un chêne majestueux... peut être qu'il commence un nouveau chemin, dans les mains d'un heureux pèlerin...

    C'était beau de voir l'émotion de cette jeune sud-coréenne, serrant le morceau de bois contre elle avec beaucoup de douceur et de respect. Une autre manière de continuer mon chemin...

    Pin It

    votre commentaire
  • Marche Maritime de Jean-François Aillet Jean-François Aillet fait partie de ces amoureux inconditionnels de la marche et de la vie du chemin qui repartent régulièrement sac au dos et chaussures foulant la poussière des "veines de la Terre", pour reprendre l'expression de David Le Breton. Il a parcouru plus de 15 000 km à travers toute l'Europe, dont une grande partie sur les chemins de Compostelle.

    Mais Jean François n'est pas seulement un pèlerin qui transforme sa vie en pèlerinage, il est aussi sculpteur/designer aux projets aussi fous que créatifs, avec une grande recherche de sens.

    Cela fait dix ans qu'il porte le projet: "Le Solitaire... des marées" pour lequel il récolte des sables du monde entier. Grâce aux 1 000 premiers prélèvements, il a réalisé un cube composé de 1 000 micro-cubes qui contiennent tous les prélèvements.

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Livre présenté sur Pèlerin magazine

    Un grand merci à Gaële de la Brosse pour la présentation de mon récit jacquaire dans le numéro 6897 du 5 Février 2015. La boucle est ainsi bouclée... en 2011, une journaliste du journal Pèlerin m'avait téléphoné alors que je me trouvais sur le Camino del Norte, pour faire un petit article sur mon périple et début février ce même journal présente Au Détour du Chemin...
    Je vais pouvoir passer à autre chose...

     

    Pin It

    votre commentaire