• Lecture: Marcher. Eloge des chemins et de la lenteur

     

    Marcher. Eloge des chemins et de la lenteur - David Le Breton

     

    "Contrairement à la route, le chemin est un appel à la lenteur et non à la vitesse, à la rêverie et non à la vigilance, à la flânerie et non à l'utilité d'un parcours à accomplir, il procure la confiance et non la menace. Il ouvre à la découverte, à la surprise, à l'exploration. Il invite à la liberté."

     

    C'est avec beaucoup de poésie et d'amour que David Le Breton nous partage son regard sur le chemin. De la petite promenade quotidienne à la marche de plusieurs mois, avec l'aide d'extraits de nombreux auteurs, il nous dépeint toute la singularité de la magie du chemin. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire le livre de David Le Breton. Il arrive à embellir les pensées par la manière avec laquelle il décrit la marche et les chemins. C'est pourquoi j'ai décidé de vous partager quelques passages de son écrit. Nombreuses sont les phrases qui peuvent en être extraites, telles des citations...

    Dans l'extrait d'introduction, on retrouve toute la comparaison entre le monde du quotidien que l'on quitte (la route), pour découvrir celui imposé par le chemin. Je pense que tout marcheur sera d'accord avec le terme de "liberté". C'est drôle, à postériori, de voir comme on se sentait libre sur le chemin.

     

    "Un chemin est une ligne de vie, une veine de la terre alimentant un réseau sans fin."

    J'aime ce parallèle entre le réseau sanguin, vital à l'Homme, et les chemins qui parsèment la Terre. Ces chemins, signes d'humanité...

    "J. Lacarrière dit son désaroi à plusieurs reprises quand il demande une direction et qu'on lui répond: "C'est facile, c'est tout droit." Derrière la simplicité de la phrase, dit-il, il y a toute une philosophie du chemin, deux manières opposées de concevoir la marche. Elle "signifie ou bien tout droit en direction, c'est à dire en allant le plus possible dans la direction choisie, ou bien, tout en restant toujours sur le même chemin, même s'il tourne et retourne ou revient en arrière, autrement dit, quelle que soit sa direction"."

    Ce passage m'a beaucoup amusé. Du fait que j'ai emprunté des chemins peu fréquentés et que, de Santiago à El Escorial, j'étais en sens inverse, j'ai souvent demandé ma direction aux autochtones croisés. A de nombreuses reprises il m'est arrivé de me demander, plusieurs centaines de mètres après avoir reçu des informations: "tout droit comment?".

    "Dans les repas le meilleur n'est pas toujours le goût des plâts mais le fait de savourer la présence des autres. Même le partage de quelques tartines implique la commensalité, une célébration du lien, une culmination festive et paisible du lien social."

    Sur le chemin, les meilleurs souvenirs de repas ne sont pas dus aux qualités gustatives mais à l'ambiance du lieu, au contexte dans lequel il a été pris, aux personnes qui l'ont partagé ou préparé...

    "Le marcheur est un artiste des occasions."

    Le marcheur prend son temps, il prend le temps. Il vit pleinement l'instant présent et lui sourit en l'acceptant comme un cadeau.

    "Ce qui importe ce n'est pas le chemin mais ce que le marcheur en fait."

    Finalement, il en est de même de la vie. La question du sens que l'on donne est toujours primordiale. Quelles traces le marcheur décide de laisser sur le chemin? D'autant plus importante pour le pèlerin...

    "Marcher c'est retrouver son chemin."

    Quand on marche, le chemin n'est pas tant extérieur, qu'intérieur. Nombreux sont les pèlerins qui sont partis sur le chemin, le coeur et la mine tristes et qui, à leur retour, sont transformés de paix et de joie.

    "Tout chemin est d'abord enfoui en soi avant de se décliner sous les pas, il mène à soi avant de mener à une destination particulière. Et parfois il ouvre enfin la porte étroite qui aboutit à la transformation heureuse de soi."

     

     

    Si vous aimez la marche, que ce soit d'aller à votre travail à pied, de faire votre promenade le weekend, de partir en randonnées ou de parcourir les grands chemins de pèlerinage, je vous conseille vivement le livre de David Le Breton.

    David Le Breton

     

    David Le Breton est né le 26 octobre 1953. Il est professeur en sociologie à l'Université de Strasbourg, membre de l'Institut universitaire de France et du laboratoire URA-CNRS "Cultures et société en Europe". Il est l'auteur, entre autres, de : Du silence, La saveur du monde (chez Métailié), Marcher pour s'en sortir (chez Eres)

     

     

    Merci David Le Breton pour vos mots qui viennent dessiner ce très beau chemin de pensées et de papier : Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur.

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Janvier 2013 à 07:17

    OK , tu as réussi à me convaincre de lire un ou plusieurs de ses bouquains. Merci  !

    2
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Mardi 29 Janvier 2013 à 10:17

    Héhéhé!!!
    En plus, c'est quelqu'un de bien. il soutient de beaux projets tel que celui du Banc du Pèlerin:

    Le Banc du Pèlerin

    3
    Mercredi 13 Février 2013 à 16:33

    Ouf ! plus de peur que de mal ! Sincèrement je te conseille de faire ce que me conseillait Martine : pour chaque article faire un copié collé de l'HTML, pour le cas où, suite à une mauvaise manoeuvre, le blog entier saute ! C'est du boulot mais au moins tu gardes trace d'heures de mises en pages.

    Bravo pour ta nouvelle bannière et ton fond de sellos, c'est très sympa !

    4
    cheminmadrid Profil de cheminmadrid
    Jeudi 14 Février 2013 à 11:26

    Merci Jean François,

    Oui, il faudra que je trouve le temps de tout enregistrer...

    Mais bon... le chemin enseigne la confiance, l'abandon, le dépouillement, la liberté...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :