• Fin d'une etape...

     

     

     

    Clins d'oeil
    Louis et Hub devant la cathédrale de Santiago

     

    Après environ 1500 ou 1600 kilomètres à marcher pour rejoindre Santiago. Ça m'a fait un peu flop hier, quand j'ai foulé les pavés de la place, face à la cathédrale.
    Flop, non pas parce que j’étais à Santiago. Mais flop parce que je ne ressentais rien de spécial. Flop parce que j'étais là, incognito, au milieu de tous ces touristes, au milieu des tentes des “révoltés”... et après avoir passé 58 jours à marcher, ça fait flop.

     

     

     

    Quand je me suis retrouvé à dix jours de marche de Santiago, j'ai eu l’adrénaline qui est légèrement montée et chaque jour l'effet augmentait. Ce qui me faisait cet effet était du au fait que je savais que pour moi, le chemin ne s'arrêtait pas là. Et j'avais peur de ne pas arriver à repartir après, pour Finistera et ensuite Madrid.

     

     

     

    Mais ce midi, quand après avoir passé 24h00 dans Santiago, je me suis rendu à l'office de 12h00. La cathédrale était pleine de pèlerins. Je me suis assis au pied d'un pilier, et là, c'était magique... A ce moment-là j'ai vraiment vécu mon arrivée à Santiago. Quand j'ai emprunté l’allée centrale pour la communion, j'avais une émotion énorme qui m'envahissait car j'avais l'impression de faire les derniers pas de cette première étape de mon chemin.
    Au bout de quelques mètres, voyant qu'il n'y avait plus personne sur la file de gauche, j'ai changé de file. Arrivé devant le prêtre, celui-ci m'a regardé, fait un grand sourire et m'a dit “Corpus Christi Humberto”. Et bien je me suis pris la plus grande claque du chemin... car j'étais incapable de dire où je l'avais vu.

     

    Bénédiction finale terminée, je rejoints la sacristie pour retrouver mon prêtre qui arrive avec un sac et des chaussures de marche. Il me salue, tout content et me rappelle avoir dormi sous moi à Arzua, car j’étais déjà tout installé, quand je lui ai proposé mon lit, plus pratique pour son âge avancé. Alors nous avions bavardé cinq minutes. Mais je n'aurais jamais pensé qu'il était prêtre....

     

    Quand ce genre de chose vous arrive, ça vous donne le sourire pour une semaine... 

     

    Clins d'oeil
    Vue depuis l'albergue de Santiago

     

     

    Voila, dans ma tête, ça y est, je suis reparti pour la suite de mon chemin. Je pense attendre dimanche pour prendre la direction de Finistera, car une polonaise avec qui j'étais sur le Primitivo, m'a dit ce midi, partir Sunday pour Finistera. Ce sera sympa de nous retrouver. Ensuite je pense revenir à pied, pour m'habituer au non-balisage, et peut-être, croiser des amis du début du Norte.

     

    Je vous récrirai un message demain avant de partir pour Finistera.

      Grosses bises à tous, vos prières sont entre les mains de Saint Jacques ;o)

     Hub

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Juillet 2011 à 21:20

    Tu parles d'une claque ! Pour la communion, tu as dû rester bouche bée ! LOL (pas pu m'en empêcher.

    Une surprise qui fait sourire et pas que.

    Bon chemin vers la mer, Humberto !

    2
    Vendredi 1er Juillet 2011 à 22:52

    Oui, Hubert, le croisement du chemin du Frances et du Norte est un choc. Il faut vraiment l'avoir vécu pour comprendre ce croisement. C'est ce que tu viens de faire.

    Personnellement, quand je suis arrivé à MUXIA (ce que je te souhaite), j'ai vécu ce que tu expliques : A MUXIA, il y avait plus de 1000 personnes dont une centaine venait de faire le vrai pardon sur les genoux sur plus d'un kilomètre de distance.

    Dans l'église, je me suis dis : "Mais je connais cet homme, ce prêtre !"

    Nous avions cheminés ensemble. Personne n'aurait pu dire sa fonction. Lorsque je l'ai vu dire la messe à ce moment précis devant plus de 1000 personnes, j'ai ressenti une grande communion.

    Si tu lis cela avant d'arriver à Fisterra, tu devrais t'arreter à PONTE MASERA, là, juste avant le pont, l'Hôtel 3 étoiles fait auberge pour les pèlerins, il y a deux chambres réservées spécialement pour les vrais pélerins. Tout le monde passe là en se disant c'est trop cher. Non, tu demandes et tu seras reçu et tu seras très surpris.

    Alors je te souhaite une belle découverte de MUXIA.

    Là, ton chemin ne fait et ne commence que de s'ouvrir...

    Tu recevras bien des surprises à l'avenir.

    Ainsi commence ce chemin de vie mon ami.

    Bien à toi et belle découverte.

    JFA

    3
    LucieA
    Samedi 2 Juillet 2011 à 10:07

    SAlut COusin, nous vivons avec bonheur avec toi ton arrivée à Santiago. Bravo pour ce beau pelerinage. nous marchons avec toi par la pensée et la priere, en attendant de tes nouvelles sur ce blog, et c'est fou, presque magique :  j'ai l'impression d'etre également arrivée !! reposes toi bien avant d'entamer la deuxieme partie de ton périple. Finisteria ... un autre "bout du Monde"  !! gros bisous des brestois !

     

    4
    Lydie-Anne
    Samedi 2 Juillet 2011 à 12:38

    Bonjour Hubert !


    J'ai suivi consciencieusement ton pélerinage et c'est avec joie que j'apprends ton arrivée à Santiago. Comme le dit LucieA, on a vraiment l'impression d'être arrivé avec toi, et on ressent une grande émotion.


    Ton chemin est vraiment impressionnant et il donne envie de partir à ta suite !


    Bonne continuation, et à bientôt à Madrid ! :D


    Bisous


     

    5
    Samedi 2 Juillet 2011 à 22:34

    Fisterra est ta prochaine destination : La CÔTE DE LA MORT : http://www.aillet.com/photos/index.php?/tags/584-fisterra

    Tu es là en Pays Cèlte.

    Ensuite, c'est ton chemin..., il sera identique à celui que tu pratiques...  : une modification s'y est interposée. A toi de faire avec.

    BUEN CAMINO

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :